Les animaux comme thérapeutes empathiques ?

Gina 4.5.2020
BiglaCare_onlineMagazine_les_animaux_comme_thérapeutes_empathiques

Amélioration grâce à des lapins duveteux ! Il y a là un petit quelque chose de vrai – notre fabricant de lits, wissner-bosserhoff Sàrl, a mené des recherches en Allemagne.

Les animaux ne portent pas de blouse blanche, n'ont pas de formation médicale, psychologique ou physio-thérapeutique et, pourtant, la résonance de leur "travail" est énorme. Ils sont capables d’obtenir des résultats - comme les rongeurs, par exemple.

En effet, la thérapie assistée par les animaux ne signifie pas nécessairement l'utilisation de dauphins, de chevaux ou de chiens, comme le montre l'exemple de la réhabilitation neurologique précoce à la clinique Munich-Harlaching.

À la clinique Munich-Harlaching, les neuropsychologues utilisent avec succès les lapins comme support thérapeutique. Ils sont utilisés comme animaux de compagnie, pour rendre visite dans leur service aux patients victimes d'accidents vasculaires cérébraux par exemple. Une idée expérimentée dans d'autres pays, a été mise en pratique autrefois à Harlaching par la neuropsychologue Stefanie Böttger. Des moyens innovants pour des patients particuliers car, après un accident vasculaire cérébral, rien n'est plus comme avant. Ce faisant, comme on le sait maintenant, les bases du retour à la vie quotidienne sont jetées par la mise en œuvre de mesures de réhabilitation précoce. Ce, dans la mesure du possible, car toutes les parties d'un cerveau détruit ne peuvent pas être restaurées. Et pourtant, ces petits thérapeutes duveteux peuvent réaliser des choses étonnantes et aider à atteindre ce qui ne peut l’être qu’avec de simples mots.

20200226_Tiere als Therapeuten__Bild1

Les animaux procurent une proximité émotionnelle

Les méthodes de traitement utilisant de manière ciblée des animaux visent à influencer positivement et l'expérience et le comportement physique, tout comme l’aspect psychologique des patients, de même qu’à favoriser le réapprentissage des mouvements de base. Ce faisant, les animaux ont un effet particulièrement curatif sur les personnes malades car ils n'ont pas d'attentes, ne jugent pas, rayonnent de chaleur et procurent une proximité émotionnelle. Dans la phase de réhabilitation neurologique précoce, les lapins ont pu redonner le sourire à un patient dont les capacités motrices étaient gravement diminuées après une attaque. Ils lui ont été placés sur la couverture pour qu'il puisse les caresser. Grâce à des stimuli émotionnels, ces boules de poils ont réalisé ce que d'autres thérapeutes n'ont pas réussi : l'extension spontanée de ses bras pour caresser les animaux. Autant le lapin que le patient ont apprécié ces contacts qui ont stimulé les mouvements moteurs de manière agréable. Bien entendu, il a été veillé à ce que ni le patient ni les animaux ne se blessent.

Les rapports d'expériences positives, principalement avec des chiens comme "thérapeutes", proviennent également de l'environnement des patients atteints de démence dont les capacités d'orientation et de communication verbale sont réduites. Ici aussi, les animaux sont utilisés pour exercer les capacités motrices des personnes concernées (par exemple en les caressant). Les chiens sont capables d'établir une communication non verbale avec les résidents atteints de démence, lorsque ces derniers ne peuvent être atteints par d'autres méthodes quand la maladie est avancée et sont par ailleurs apathiques et introvertis. Beaucoup de gens s'ouvrent en présence d’animaux. L'agitation, le stress, la douleur et la tension artérielle peuvent également être influencés positivement.

Dans les instituts médicalisés, où l'on voit souvent des chiens de visite, ces derniers favorisent les contacts vocaux avec les autres résidents. Ce, sachant que les animaux restent souvent encore le sujet de conversation numéro 1 pendant des jours.

De nombreux membres du personnel soignant sont favorables à l'utilisation d'animaux de visite ou de thérapie, car ils aident les résidents à réduire leur anxiété, facilitent la période d'installation après l'emménagement dans l'institut médicalisée et favorisent une atmosphère familière.

Nous remercions cordialement wissner-bosserhoff pour cet article intéressant et les très belles images qui l’accompagnent.

 

Avez-vous également vécu des expériences positives avec des animaux dans les soins en tant que spécialiste ? Nous serions heureux de recevoir vos commentaires.

 

Commenter

Restez à jour

Les derniers articles

Ergonomie – déplacement à l’aide d’un drap de glisse par deux soignants

En savoir plus

Les animaux comme thérapeutes empathiques ?

En savoir plus

« Must-Haves » des futurs lits d'hôpital

En savoir plus

Une fonction d’inclinaison latérale – pour quoi faire?

En savoir plus

Ergonomie – déplacement horizontal avec soutien de la tête du résident

En savoir plus
Les plus populaires articles

Ergonomie – rotation du résident vers le soignant

En savoir plus

Ergonomie – autres possibilités pour tourner le résident vers le soignant

En savoir plus

Quelle est l'importance des lève-personnes sur rails fixés au plafond ? (2ème partie)

En savoir plus

Ergonomie – déplacement latéral à l'aide d'une alaise glissante

En savoir plus

Ergonomie – déplacement du résident par deux soignants

En savoir plus